[LIVE REPORT] Le Rock Dans Tous Ses États : ce qu’on en retient

Vendredi 27 et samedi 28 juin dernier, nous étions à la 31ème édition du festival à Évreux, Le Rock Dans Tous Ses États.

Le Rock Dans Tous Ses Etats est un festival orienté rock qui se déroule chaque année dans la ville d’Évreux en Haute-Normandie. A cette occasion nous avons pu voir jouer de nombreux artistes, plus ou moins connus. Nous allons donc revenir sur les groupes qui nous ont le plus marqués durant ce festival.

DELUXE

On vous avait déjà parlé de Deluxe et de leur dernier album le Deluxe Family Show dans un précédent article. J’avoue que jusqu’à maintenant je n’avais entendu dire que du bien de ce groupe de moustachus qui mélange Hip-hop, funk, fuzz et bien plus ! Mais ce que j’ai eu l’occasion de vivre durant leur concert dépassa de loin toutes mes attentes. Leur performance live prend parfois des teintes electronic-techno ce qui m’a très étonné.

Deluxe est un groupe qui prend tout son sens en live, je n’ai jamais vu un groupe aussi soudé et synchro. Chaque membre savait exactement comment et quand réagir. J’ai vraiment été surpris par ce professionnalisme car on voit vraiment qu’il y a du travail et que derrière la musique, ce que nous promet Deluxe, c’est un véritable show. Les membres savent se donner sur scène et savent communiquer leur énergie au public.

Deluxe, c’est quelque chose de riche, quelque chose de qualité mais qui ne se prend pas au sérieux, quelque chose de généreux, quelque chose de « fondant à l’intérieur et croustillant à l’extérieur ». Leur performance m’a vraiment marqué.

SARAH W PAPSUN

Après le passage de nombreux groupes de rock, ce fut un réel plaisir de découvrir Sarah W Papsun et leur math-rock mélangeant guitare, batterie et instruments électroniques. Le sextet parisien a délivré un live puissant qui m’a, par moments, rappelé ceux de Griefjoy.

Souvent comparé à Foals, Sarah W Papsun est la très bonne surprise de ce festival.

DUB INC

Dub Inc fut la parenthèse reggae du festival. Le groupe dégage une ambiance particulière et entretient une relation proche avec le public. Les chanteurs Hakim Meridja et Aurélien Zohou entretiennent le lien avec leurs fans venus en masse.

MGMT

Tout le monde attendait avec impatience que MGMT monte sur scène. Le groupe le savait et s’est fait désirer. Il a joué leurs hits comme Electric Feel ou Kids mais aussi d’autres plus récents issus de leur dernier album « MGMT« .

 Un immense écran était installé derrière eux et projetait des animations psychédéliques qui m’ont vraiment transporté. Le public a vraiment apprécié la prestation du groupe qui a duré environ une heure.

GASPARD ROYANT

Avant sa prestation, nous avons pu rencontrer Gaspard Royant pour faire connaissance et lui poser quelques questions.

Gaspard Royant fait partie des personnes qui ont le sens du spectacle et qui savent jouer avec le public. Le show-man accompagné de ses musiciens nous a rappelé le rock des années 60, une époque très chère à cet artiste.

SALUT C’EST COOL

Comment vous dire ? Sur le coup je me suis dit que si j’allais raconter le live de Salut C’est Cool, personne n’allait me croire. Je vous dresse le tableau : cinq personnes habillées à la mode d’une époque révolue débarquent sur scène, le sourire béât, en faisant coucou de la main au public.


L’un deux prend la parole et dédit ce live « au fer et à tous les alliages de métaux car les clés c’est important ». C’est alors parti pour une demi-heure de phrases scandées comme « TECHNO : TOUJOURS PAREIL, BOOM BOUM DANS LES OREILLES ! » sur un rythme rapide composé presque uniquement de kicks et de bruits mystérieux et… des extraits du film du Roi Arthur.

Après nous avoir lancé des bonbons et nous avoir expliqué que les grosses boîtes noires sur les côtés étaient des enceintes et que c’était grâce à elles qu’on pouvait écouter la musique, les membres du groupe ont ramené sur scène des branches d’arbres qu’ils avaient trouvées un peu plus loin et les ont agitées en nous demandant de remercier la nature. Enfin, ils ont coupé la musique pendant quelques secondes pour écouter les concerts des autres groupes qui se produisaient à côté.

Ce soir soir la nous avons eu la chance d’écouter les titres phares de Salut C’est Cool tel que « La Purée » ou encore « Le Simulateur de Pêche« . Il m’aura alors fallut quelques jours pour accepter ce que je venais de vivre et pour me remettre de mes émotions.

MASSIVE ATTACK

Grosse tête d’affiche, Massive Attack est passé vers la fin du festival vers 00h55, malgré le temps qui n’était pas au rendez vous et le début de fatigue des festivaliers, tout le monde s’est précipité voir le groupe mythique jouer.

Derrière eux un écran affichait des mots et des logos de marques qui défilaient à tout vitesse.

Ce groupe était vraiment imposant avec ses deux batteries positionnées face à face.

INTERPOL

Interpol faisait également partie des groupes très attendus de ce festival. Le groupe ne nous a pas déçu et a joué un live efficace. Leur style très classieux donnait vraiment un plus à leur performance.

BIRTH OF JOY

Nous avions déjà rencontré le groupe hollandais pour les interviewer dans un précédent article. Ce fut vraiment un réel plaisir de retrouver les membres et de prendre de leurs nouvelles !


Birth of Joy était le 3ème groupe à passer et nous attendions leur prestation avec impatience. Quand l’heure fut venue, Kevin Stunnenberg commença à nous jouer un riff Hendrixien qui attira l’attention du public qui s’approcha de la scène.

Ce qui est étonnant avec Birth Of Joy, c’est l’aisance avec laquelle ils jouent leur musique. On a vraiment l’impression que la guitare et Kevin ne forment qu’une entité, que Bob Hogenelst joue de la batterie naturellement, sans réfléchir et que Gertjan Gutman martèle son clavier de manière innée. Leur musique est puissante et efficace et le public est réceptif.

PETER VON POEHL

Peter Von Poehl. Ce suédois m’a vraiment émerveillé avec sa musique douce. Après le passage de tous les autres groupes et leurs guitares saturées, ce fut un véritable plaisir d’entendre le doux son du synthé, du vibraphone et de la guitare acoustique. Le batteur joue avec une finesse déconcertante.

Une réflexion au sujet de « [LIVE REPORT] Le Rock Dans Tous Ses États : ce qu’on en retient »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *