Kodaline : « On rêve de jouer à Coachella un jour ! »

On vous l’avait annoncé, nous étions de la partie lors de la dernière édition du festival Montereau qui se tenait début juin. Le groupe Kodaline y étant programmé, peu de temps avant leur passage sur scène nous avons échangé quelques mots avec Steve Garrigan, le leader du groupe – mais aussi le plus timide. Efflorescence Culturelle vous la retransmet. Attention, groupe déjà grand.

image

Vous jouez aujourd’hui ici, à Montereau. C’est assez surprenant quand on commence à avoir l’habitude de vous voir à l’affiche des plus grands festivals tels que le Caribana Festival, le Pinkpop, Glastonbury…  Quel est votre état d’esprit ?

Je pense que c’est un festival assez cool ! CHIC et Nile Rodgers jouent ici; « cheesy music » tu vois ? C’est vraiment génial pour nous d’être présents aujourd’hui ! J’aime la France.

Il y a une rumeur qui court à propos du nom de votre prochain album: Around The Corner. Tu valides ?

Non c’est pas vrai. Quelqu’un a juste demandé un jour: « Quel est le titre de votre prochain album ? » Mark [le guitariste du groupe] a répondu Around The Corner mais c’était juste une blague en fait. Donc c’est faux, on n’a pas le encore le nom.

Votre second album sera-t-il dans cette continuité « amoureuse » et mélancolique que l’on retrouve dans In a Perfect World ?

C’est une réponse assez bizarre mais il sera similaire et très différent à la fois !

Vos inspirations ?

Les choses qui peuvent nous arriver, les expériences, être ici avec nos fans…

Votre grande présence sur les réseaux sociaux vous permet-elle en quelque sorte, en dehors de la musique, de dévoiler une autre partie de vous ?

Oui, au fond, nous sommes quatre jeunes comme tout le monde ! Alors on s’amuse oui, on montre cette partie plus fun de nous, comme des jeunes normaux.

Avec quel artiste mort ou vivant, aimeriez-vous collaborer ou auriez-vous aimé collaborer ?

Les Beatles évidemment !

Vous êtes un groupe quand même assez timide et réservé, le nombre de fans augmente considérablement de jour en jour et cela peut finir par être oppressant… La scène est-elle pour vous un lieu de libération et d’évasion ?

Oui, de toute façon, nous on est là pour la musique. C’est la seule chose qui compte, on fait ce qu’on aime et ce pour quoi on vit ! « Just music ! »

D’autres hobbies ?

J’aime beaucoup le surf, le skateboard… les sports de glisse et tout ce qui donne de l’adrénaline.

Dans quels festivals rêves-tu de jouer ?

Coachella bien sûr ! C’est un festival incroyable dans lequel je rêve de jouer un jour. Woodstock en Pologne serait pas mal aussi ! Mais Coachella reste le numéro un… peut-être l’année prochaine qui sait ?

On sait tous que Jay [le bassiste du groupe] parle un peu français, ou du moins il essaye. Mais toi que peux-tu nous dire ?

Bonjour, j’aime la France… où est mon chien ? (rires)

Pourquoi cette question ?

Et pourquoi pas ? (rires)

Bon, et pour finir, qu’est ce qu’on peut vous souhaiter pour les années à venir ?

D’avoir retrouvé mon chien (rires). La réussite tout simplement !

1460044_1424191631131377_563576540_n

Merci à Steve de m’avoir accordé ce petit moment, plein d’ humour et avec une immense sympathie.

Rendez-vous le 25 septembre prochain pour leur concert unique à Paris, à la Cigale. Kodaline sera également au rendez-vous aux Déferlantes le 7 juillet, le lendemain aux Soirs d’Été pour les festivals français.

Laisser un commentaire