Kodaline : « On rêve de jouer à Coachella un jour ! »

On vous l’avait annoncé, nous étions de la partie lors de la dernière édition du festival Montereau qui se tenait début juin. Le groupe Kodaline y étant programmé, peu de temps avant leur passage sur scène nous avons échangé quelques mots avec Steve Garrigan, le leader du groupe – mais aussi le plus timide. Efflorescence Culturelle vous la retransmet. Attention, groupe déjà grand.

image

Vous jouez aujourd’hui ici, à Montereau. C’est assez surprenant quand on commence à avoir l’habitude de vous voir à l’affiche des plus grands festivals tels que le Caribana Festival, le Pinkpop, Glastonbury…  Quel est votre état d’esprit ?

Je pense que c’est un festival assez cool ! CHIC et Nile Rodgers jouent ici; « cheesy music » tu vois ? C’est vraiment génial pour nous d’être présents aujourd’hui ! J’aime la France.

Il y a une rumeur qui court à propos du nom de votre prochain album: Around The Corner. Tu valides ?

Non c’est pas vrai. Quelqu’un a juste demandé un jour: « Quel est le titre de votre prochain album ? » Mark [le guitariste du groupe] a répondu Around The Corner mais c’était juste une blague en fait. Donc c’est faux, on n’a pas le encore le nom.

Votre second album sera-t-il dans cette continuité « amoureuse » et mélancolique que l’on retrouve dans In a Perfect World ?

C’est une réponse assez bizarre mais il sera similaire et très différent à la fois !

Vos inspirations ?

Les choses qui peuvent nous arriver, les expériences, être ici avec nos fans…

Votre grande présence sur les réseaux sociaux vous permet-elle en quelque sorte, en dehors de la musique, de dévoiler une autre partie de vous ?

Oui, au fond, nous sommes quatre jeunes comme tout le monde ! Alors on s’amuse oui, on montre cette partie plus fun de nous, comme des jeunes normaux.

Avec quel artiste mort ou vivant, aimeriez-vous collaborer ou auriez-vous aimé collaborer ?

Les Beatles évidemment !

Vous êtes un groupe quand même assez timide et réservé, le nombre de fans augmente considérablement de jour en jour et cela peut finir par être oppressant… La scène est-elle pour vous un lieu de libération et d’évasion ?

Oui, de toute façon, nous on est là pour la musique. C’est la seule chose qui compte, on fait ce qu’on aime et ce pour quoi on vit ! « Just music ! »

D’autres hobbies ?

J’aime beaucoup le surf, le skateboard… les sports de glisse et tout ce qui donne de l’adrénaline.

Dans quels festivals rêves-tu de jouer ?

Coachella bien sûr ! C’est un festival incroyable dans lequel je rêve de jouer un jour. Woodstock en Pologne serait pas mal aussi ! Mais Coachella reste le numéro un… peut-être l’année prochaine qui sait ?

On sait tous que Jay [le bassiste du groupe] parle un peu français, ou du moins il essaye. Mais toi que peux-tu nous dire ?

Bonjour, j’aime la France… où est mon chien ? (rires)

Pourquoi cette question ?

Et pourquoi pas ? (rires)

Bon, et pour finir, qu’est ce qu’on peut vous souhaiter pour les années à venir ?

D’avoir retrouvé mon chien (rires). La réussite tout simplement !

1460044_1424191631131377_563576540_n

Merci à Steve de m’avoir accordé ce petit moment, plein d’ humour et avec une immense sympathie.

Rendez-vous le 25 septembre prochain pour leur concert unique à Paris, à la Cigale. Kodaline sera également au rendez-vous aux Déferlantes le 7 juillet, le lendemain aux Soirs d’Été pour les festivals français.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.