Talisco, le cow-boy électro de l’archipel Parisien

talisco_run_cover_HD_CMJNAvec son air de jeune cowboy solitaire, Talisco a bien des histoires et des mélodies sombres à nous conter tout au long de Run, son nouvel album sorti aujourd’hui. Après un premier EP intitulé My Home, le parisien nous révèle son premier album aux accents folk-rock, voyageant dans les contrées californiennes, désertes et hypnotiques. Difficile de passer à côté de son premier titre Your Wish que l’on peut par ailleurs déjà entendre sur vos télévisions. L’avenir sourit pour Talisco, avec une tournée en Europe dès le mois d’août: Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne et encore plus…

On l’imagine sur le dos d’un cheval à la robe brune comme sa barbe, grattant sa guitare, accompagné par quelques amis musiciens, traversant le Grand Canyon. Ils fuient quelque chose, peut-être la mélancolie. Your Wish agit comme un titre dandinant, celui qui rassemble les amérindiens et les cow-boys. In Love, dans l’amour d’un périple désertique, cette deuxième piste calme notre esprit, le cœur et le corps ont trouvé du réconfort grâce à la voix chaude du french cow-boy mais The Keys renverse ce moment plein de délicatesse. Talisco laisse place à un chœur dur et brute. Le prisme fait transparaître des rayons lumineux aux accents rock et sauvages. L’instant est propice à la réunion, un rassemblement belliqueux ou pacifique ? Nul le sait mais l’oreille a laissé un message à notre cerveau: nous sommes piégés en plein Far West. Dégainons nos armes, redressons nos chapeaux !

Il fait extrêmement chaud, les premières notes de Follow Me résonnent comme les films de Sergio Leone. On croit voir le soleil nous narguer, les hommes suer du front, Clint Eastwood dépoussiérer son poncho. C’est peut-être un peu cliché mais la magie est là, le mythe américain est irrémédiablement la source première de l’album Run. Attention ! Deux hommes menacent de se confronter en duel. So Old renverse la tendance. On s’installe confortablement sur les rocking-chairs, et on chante tous en chœur autour d’un feu de camp. On sent les cordes de la guitare titiller notre esprit. Mais encore une fois, il faut apprécier ce moment de quiétude. Bring Me Back est quelque peu brutal, nous réveille de ce songe indien. Reborn semble plus rock et sombre que ses prédécesseurs. Les suivants sont toujours fidèles à cet univers parfois intemporel, Everyone rappelle le rythme effréné d’une locomotive à vapeur.

Il tire son épingle du jeu, plus propre à l’imagination, à la rêverie fumante. Les sifflements, la guitare, les indiens qui chantonnent avec Talisco paraissent presque risibles mais ô combien attrayants. Le dernier titre Lovely, languissant à souhait attendrit encore une fois la cuirasse qui donne aux hommes un air dur. Il clôt une histoire qui s’est révélée  être extrêmement eastwoodienne.

Talisco révèle quelques déchirures, ne cherchant pas à aller plus loin dans la puissance vocale, laissant les instruments agir dans leur splendeur et les voix qui l’accompagnent ne cessent de dépoussiérer la guitare du ténébreux cow-boy. Pour une poignée d’euros, cet album Run vous plongera aisément dans l’univers impitoyable du western spaghetti, pas de place à la paix, ici on tire, on chante.

 _____

Facebook

Site Officiel

_____

Quelques dates françaises:

06.06 – Le Krakatoa – Mérignac
07.06 – Festival Mélusik – Lusignan
08.06 – Les Folies – Maubeuge
10.06 – La Cigale – Paris
13.06 – Le Grand Unisson – St Jean
05.07 – Festival R4 – Revelles
12.07 – Festival Saint Rock – La Clayette
22.07 – Paléo Festival – Nyon (CH)
26.07 – Festival Musique d’Ici – Chalons
01.08 – Scènes d’Eté – Besancon

Laisser un commentaire