Lucas Martin, un regard illuminé sur le monde

    Lucas a un mot d’ordre : « Simplicity ». Sous l’œil averti du photographe, la plus simple des chambres universitaire prend des airs d’œuvres d’art. Son quotidien, ses proches… bref, son monde l’inspire. La preuve qu’il n’y a pas besoin d’aller aux quatre coins de la planète pour prendre de belles photos. Pour mieux nous expliquer son univers, il a accepté de commenter 5 photos qui représentent le plus son travail. Parole à l’artiste !

Quand soudain, la lumière fût

DSC_1210-2

Cette photo représente les stores de ma petite chambre universitaire. C’est en fermant avec les stores que je me suis aperçu que je pouvais produire un effet de lumière intéressant. J’aime beaucoup utiliser les artefacts lumineux, et en jouant avec mes rideaux, ceux-ci changeaient de forme et de taille. La fumée de cigarette qui envahissait ma chambre donnait à ce spectacle une atmosphère encore plus surréaliste. J’ai demandé à un ami à moi de tendre la main, et j’ai pris cette photo, sans me poser plus de question. Ça s’inscrit bien dans ma série de photo que j’ai appelé « Simplicity ». Elle est le résultat d’un événement impromptu, d’une situation, aussi simple soit-elle, que je veux immortaliser. »

En voilà une idée lumineuse !

DSC_0223-2

Cette petite blonde que vous voyez, c’est Léna, une bonne amie à moi. Nous étions chez elle, et j’ai vu cette lampe à bras articulé sur son bureau. J’ai donc décidé de changer mes habitudes. Normalement, je ne demande pas aux gens de poser, je ne crée pas le décor ou l’angle, ils me viennent sur le tas. Mais là, j’ai voulu mettre à profit cette lumière pour traduire une atmosphère mélancolique, dépressive. Le contraste entre ce projecteur improvisé et l’obscurité de la pièce donne au tout une ambiance qui me plaît beaucoup. »

Comme un air de Nuit et Brouillard

DSC_5430-2

Alors celle là, c’est de la pure improvisation. Je rentrais chez moi à 5h du matin, quand je suis passé dans cette rue déserte. Il n’y avait pas un chat, un silence de mort et un brouillard épais digne des plus grands films d’horreur. Je ne voyais pas à 20 mètres, je n’avais aucun véritable repère. J’avais presque l’impression d’être sur une autre planète. Heureusement, même aux petites heures du matin, j’avais mon Reflex sur moi. Quand j’ai pris la photo, le rendu n’était pas comme je l’avais imaginé. Les couleurs étaient trop chaudes, elle ne reflétait pas ce que j’avais ressenti. J’ai donc modifié un peu les couleurs. Je retouche un peu mes photos avec Photoshop surtout. Je commence tout juste, mais j’aime jouer avec le grain de mes photos et leur donner un petit aspect vintage. Mais j’ai encore un peu de travail à faire ! »

Betty The Nun adoucit les mœurs

DSC_0818

Ce cliché a été pris lors d’un concert à Rennes de Betty The Nun, un groupe que je suis en concert et en répétition depuis le début de l’année. Je voulais faire un gros plan du profil de Benjamin, un des membre du groupe. J’ai utilisé la lumière de la scène pour obtenir ce liseret blanc, qui définissait nettement les traits de son visage. Je voulais donner une certaine puissance et passion à cette photo. Même sans voir ses yeux, on sait qu’il joue intensément, qu’il donne tout sur scène. »

Portrait

DSC_5296-2

Celle-ci est un peu plus personnelle. Tout simplement parce que la jeune fille que vous voyez là, c’est ma petite sœur. C’est un de mes plus grands modèles, parce qu’elle est extrêmement naturelle, et son visage est très expressif. Ici, je voulais faire ressortir un contraste entre le puissance et le doux vert que l’on voit sur la photo. Cette couleur représente parfaitement ma sœur, et je voulais le mettre en valeur. L’arrière plan, c’est chez nos grand-parents. Il n’y avait rien de spécial, aucune luminosité extraordinaire ou situation exceptionnelle, mais je voulais immortaliser cette simplicité. Je voulais montrer que nous étions juste heureux d’être là, à cet instant. »

Après un an d’études en musicologie, Lucas a enfin découvert sa passion : le cinéma. Comme le septième art et la photo sont intimement liés, il a décidé de mettre en œuvre son hobby pour entre dans l’école Cinécréatis à Nantes et a mis avant ses clichés dans son dossier. Il le dit lui-même « le cinéma n’est autre qu’une succession de photos mises bout-à-bout. La technique, les jeux de lumières et la mise en scène sont semblables finalement ». En tout cas, on peut dire sans hésiter que les débuts dans le métier sont prometteurs, puisqu’il va intégrer cette école de cinéma l’année prochaine. Carrière à suivre ! 

> le suivre sur Facebook <

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *