Mon fils s’habillera en rose

3326979Crédit photo : Martin Bureau AFP.

« Aucune de ces revendications ne correspond à une réalité » – Najat Vallaud-Belkacem. La Manif Pour Tous a eu lieu aujourd’hui, dimanche 2 Février, à Paris et dans plusieurs villes en France. Voici ses revendications officielles : contre la « théorie du genre », contre la GPA et la PMA, contre le « mariage pour tous ». Clarification : aucune loi sur la théorie du genre n’est prévue ; aucune loi pour la GPA et la PMA n’est prévue ; la loi du mariage pour tous est d’ores et déjà adoptée.

La Manif Pour Tous refuse d’assumer ses réelles revendications. C’est pourtant simple, une partie de la France est conservatrice, une partie de la France régresse. C’est une France qui affirme son homophobie, simple, nette. Qui refuse l’égalité. Qui refuse le progrès social. « Il n’y a pas urgence à faire passer ce genre de loi, ça n’est pas nécessaire ». C’est incroyable, moi je croyais que les questions sociales c’était tout ce qui nous tenait ensemble, que la société, c’était moi et puis les autres aussi. Je pensais que c’était primordial, que l’égalité entre moi, mes amis, les gays, les autres, ça avait de l’importance.

Cette France le nie, et pourtant, les deux pieds pris dans le ciment, elle n’abandonnera jamais l’idée que toujours, toujours quelqu’un viendra lui prendre quelque chose. Ses enfants. Son argent. Son travail. Les homosexuels vont pervertir les enfants ? Les étrangers vont voler vos putain de billets ? Ils vont vont griller dans la file d’attente du pôle emploi ? Parce que ce « Jour de Colère » du dimanche 26, c’est cette France qui a peur, qui aura toujours peur, qui a décidé qu’elle avait le droit de détester, de venir en bas de chez moi hurler des conneries, qu’elle avait un ennemi et qu’il fallait lutter. Elle vient d’ou cette peur panique qu’on va tous venir groupés en bas de chez pour bousiller votre vie, changer votre grande, belle France catholique ? Elle a des valeurs cette société catholique. Ce ne sont pas les miennes.

Pour moi l’IVG est un droit fondamental, parce que c’est décider qu’on va faire quelque chose de bien de sa vie, qu’il faut juste nous laisser un peu de temps, nous faire un peu confiance. Alors je vais me coucher le soir, je pense à moi, ma vie, les gens autour de moi et comment on va y arriver ensemble, comment on va pas s’abandonner, comment ça peut être beau parfois juste un instant, un instant, d’être avec quelqu’un qu’on aime. Quand je vais me coucher je ne suis pas en colère, parce que quelque part, je sais pas d’ou ça vient, je sais pourquoi, mais je crois en nous, en une société un peu bancale mais dans laquelle on peut ne pas être seul, où on peut être soutenu. Ce soir pourtant, évidemment, je suis en colère moi aussi, parce que pardon, pardon, mais cette France enfermée dans ses valeurs passéistes, elle me fait juste peur, comme quand on a 4 ans et qu’on pleure parce qu’on a vu le monstre sous le lit, qu’on sait qu’il est là mais que personne ne nous croit.

Hier, il y avait entre 3000 (police) et 30 000 (organisateurs) personnes présentes à Paris pour soutenir le droit à l’IVG, en Espagne comme en France. Cet après-midi, il y avait entre 80 000 (police) et 500 000 (organisateurs) personnes présentent à Paris pour la Manif Pour Tous. Ca me fait tellement peur, je me sens mal, j’ai quelques frissons passagers, je me dis que peut-être je suis seule, que peut-être j’ai rien compris que je suis paumée, que je pense pas comme il faut, mais je voudrais bien qu’on me rassure, qu’on me dise que tout ira bien pour nous, pour ma société française.

 1779677_10202931090629311_376589804_nCrédit photo : Eva Gomez.

Laisser un commentaire