Les quatre irlandais de Kodaline, en voyage au Divan du Monde à Paris

Le groupe irlandais Kodaline était de passage à Paris au Divan du Monde le 26 novembre. On y était, on vous raconte.

Le mot privilège caractérise très bien ce que je pouvais ressentir à l’idée de les voir enfin sur scène. Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, Kodaline est un groupe de pop-rock irlandais composé de 4 membres : Steve Garrigan (le chanteur, guitariste et pianiste aux cheveux d’or), Mark Prendergast (guitariste et pianiste), Jason Boland (bassiste) et Vinny May (batteur).

Steve et Mark se connaissent depuis de nombreuses années, ils se sont en effet rencontrés durant leur enfance. Steve dit d’ailleurs de leur relation qu’ils sont tous les deux capables de lire dans l’esprit de l’autre. Ils partagent tous les deux la même passion pour la musique ce qui va les amener à fonder un groupe avec VinnyMay qui habitait dans le même quartier. En 2011, vient s’ajouter le quatrième membre du groupe : JasonBoland. Le groupe est alors au complet et trouve son nom final Kodaline, l’explication de ce nom reste d’ailleurs secrète. Très rapidement, les quatre irlandais se mettent à l’écriture pour nous offrir leurs premières chansons et un premier EP contenant : « All I Want », acclamé dès sa sortie par la critique.

Une diffusion de « All I Want » dans Grey’s Anatomy et une tournée en tant que première partie de The Cranberries plus tard, le groupe commence à trouver son public. Ils sortiront alors en Juin 2013 leur premier album : « In a Perfect World ». Le succès est au rendez-vous pour nos quatre musiciens talentueux, la tournée s’agrandit, les dates s’ajoutent. Le public est conquis.

La fragilité

Toutes les personnes me connaissant suffisamment savent que ce groupe est clairement ma découverte, mon coup de cœur depuis la première écoute il y a de cela 14 mois. La mélomane que je suis a en effet tout de suite été conquise par le lyrisme de leur univers et par la fragilité qui émane de leurs mélodies. J’étais donc impatiente (voire surexcitée) à l’idée de pouvoir les découvrir sur scène pour amplifier mon coup de cœur.

Kodaline live Divan du MondeLe concert a eu lieu au Divan du Monde, petite salle très intimiste et agréable  située dans le 18ème arrondissement.  La première partie est assurée par un jeune groupe anglais : Racing Glaciers qui jouait pour la première fois en Europe. Force est de constater que cela ne se voyait pas. Ce groupe nous propose un univers contrasté avec un rock purement anglais dans lequel on peut ressentir des influences assez électro. Dès leur première chanson, le ton est donné, les cinq anglais aiment utiliser leurs guitares et leurs basses et en font un bon usage. Porté par la jolie voix du chanteur, le groupe se donne pour nous plaire. Ils sont d’ailleurs assez chaleureux avec le public, Tim Monaghan (le chanteur) nous demandera  plusieurs fois si on comprend ce qu’il nous raconte. Ils nous inciteront aussi à aller aimer leurs musiques sur Facebook, Twitter et tous les autres réseaux sociaux. Leur musique est efficace, alternant entre douceur et puissance.

Kodaline live Divan du MondeCe groupe aime réellement être sur scène et ça se voit ! Ils se déchaînent armés de leurs guitares. Le vrai plus de ce groupe se trouve dans la trompette que l’on entend sur plusieurs chansons, qui ajoute une nette amélioration, rendant le tout plus original. Leurs compositions sont entraînantes et donnent envie d’en découvrir plus. Un bon groupe qui sera je pense très intéressant de suivre dans les prochains mois. Une sympathique première partie qui donne le ton de la soirée et qui motive pour la suite.

Kodaline live Divan du MondeLe moment tant attendu par tout le monde, enfin le mien, finit par venir. Le groupe arrive sur scène récoltant dès le début les applaudissements du public (et des quelques groupies présentes). Après une petite intro que l’on retrouve aussi sur leur album, Steve Garrigan entonne la première chanson de la soirée : « After The Fall ». Sa voix nous transporte déjà aidée par la basse de Jason et par la Fender de Mark dans cette musique énergique. Je regrette cependant les grésillements désagréables entendus dès que la chanson monte en puissance, ce problème finira de toute façon par être réglé. Dès le début, je comprends que le groupe calme en apparence ne l’est pas sur scène, et je dois dire que cela me plait. Bien qu’aimant énormément le côté paisible de leurs compositions, j’apprécie encore plus de découvrir un groupe qui aime la scène et c’est leur cas. On les sent concentrés, avec cette envie de bien faire et d’offrir aux personnes présentes un show sympathique.

Ils enchaînent ensuite avec la plus calme « Pray » qui a un rendu particulièrement joli et agréable en live. Bien que pas très objective à cause de mon amour pour ce groupe, on peut le dire franchement : le groupe assure, aussi bien instrumentalement que vocalement. Steve Garrigan ne perd pas un instant sa voix poétique que l’on apprécie tant sur cette chanson remplie de mélancolie.

Kodaline live Divan du Monde

Kodaline live Divan du MondeLe groupe finit par se présenter, nous disant alors qu’ils sont les Kodaline (chose que l’on savait normalement tous) et qu’ils sont heureux d’être parmi nous ce soir. Jason Boland, le seul francophile du groupe essaiera de nous dire quelques petits mots dans la langue de Molière malgré un français légèrement rouillé (ou pas assez pratiqué). Steve ne parlant pas un mot de français nous demandera alors si Jason n’en profite pas pour parler sur lui, ce qui provoquera le sourire et le petit rire de celui-ci. Suivant le groupe depuis quelques temps et ayant pu regarder quelques interviews d’eux, j’ai bien ressenti la timidité de Steve lorsqu’il doit prendre la parole, ce qui rend d’ailleurs le groupe encore plus attachant.

Kodaline liveLe concert se poursuit par « Brand New Day » et « Lose Your Mind » qui sont vraiment très bonnes en live. Elles dégagent une énergie positive et donnent envie de bouger. Entre deux chansons, les irlandais en profitent pour nous remercier d’être venus ce soir, nous disant qu’ils sont heureux de voir autant de personnes présentes pour les écouter se rappelant qu’ils ont joué dans des salles toutes petites avec un public très restreint.

Kodaline live

Kodaline liveSteve Garrigan et Mark Prendergast changent d’instruments assez souvent, alternant entre guitare et piano pour Steve, et entre guitare électrique, guitare sèche et piano pour Mark. Ils n’ont pas qu’une seule corde à leur arc et cela fait vraiment partie de leurs points forts, je trouve. Notre chanteur irlandais finit par récupérer son harmonica et sa mandoline. Le public comprend alors très rapidement que c’est l’heure de « Love Like This », cette composition aux intonations plus folk et plus joyeuses. L’assistance reprend le refrain en chœur avec le groupe. On sent une vraie cohésion dans le quatuor, le fait qu’ils soient amis dans la vraie vie et depuis longtemps se ressent énormément durant le concert. Leur amitié leur a en plus inspiré une chanson « Way Back When » qui est agrémentée des petits claquements de doigts du bassiste. Le public en profite pour taper assez discrètement des mains. Une atmosphère intimiste et très agréable s’installe dans la salle. Malgré leurs chansons souvent assez nostalgiques, on se sent bien avec eux.

Kodaline liveJason Boland, toujours très souriant, voire presque amusé, finit par reprendre la parole pour nous annoncer qu’ils vont jouer « la dernière chanson qui est la première chanson de l’album », traduction : voici venu le moment de « One Day », composition mélancolique à souhait. L’enchaînement avec « High Hopes » est parfait et aura raison de nous et de nos cœurs. On sent presque les larmes venir. « High Hopes » ce n’est pas n’importe quelle mélodie, c’est avant tout un concentré d’émotions aidé par des paroles romantiques mais pourtant si tristes. Les déceptions, les ruptures amoureuses sont les thèmes les plus abordés par le groupe dans leur album. On a tous été à un moment dans notre vie concerné par les histoires qu’ils cherchent à nous raconter, cette composition en est la preuve. Ils le disent eux même, leur musique a un but, un vrai, celui d’accompagner et de reconstruire les cœurs blessés. Cherchant peut-être à nous soulager, le quatuor poursuit avec « Big Bad World »,  l’heure n’est pas encore venue de pleurer mais plutôt d’entonner les « oh oh oh oh » du refrain.

Kodaline All Comes DownLa magnifique « All Comes Down » finit par arriver. Steve Garrigan quitte sa guitare pour retrouver son deuxième instrument favori ; le piano. Remplie d’émotions, la musique permettra au chanteur de libérer sa voix et de partir dans de grandes envolées lyriques durant le refrain. On peut d’ailleurs entendre certaines personnes le reprendre en chœur avec lui. On ne voit pas le temps passer, on se sent bien en leur compagnie et on aimerait que le concert continue encore des heures. Malheureusement c’est déjà l’heure de la fin (enfin presque). Le public satisfait par le show en redemande, tape du pied, applaudit, crie, pour faire revenir les quatre irlandais sur scène.

« Silence s’il vous plaît »

Kodaline au Divan du MondeL’arrivée du groupe dans la foule est clairement le meilleur moment de la soirée et réjouit toutes les personnes présentes. Jason Boland essayant péniblement de faire taire le public enthousiaste finira par dire joyeusement « silence s’il vous plaît », pour que les quatre membres puissent commencer. Steve Garrigan se lance alors à capella dans une magnifique reprise de « Bring It On Me », avec pour seul instrument la guitare sèche de Mark. Les spectateurs reprennent les « yeah yeah » en chœur, les gens tapent des mains, claquent des doigts, le groupe a le sourire. Il y a comme une atmosphère de bonne humeur et de bonheur durant cette chanson. Toujours en plein milieu de la foule, le groupe enchaîne avec « Perfect World », Steve nous demandant d’ailleurs de reprendre les paroles avec lui si on les connaît. On a cette sensation d’être proche d’eux, voire même d’être en famille et c’est vraiment sympathique. Grande amatrice de chansons en acoustiques, j’ai vraiment apprécié ces quelques minutes.

Kodaline au Divan du MondeAcclamé par un public conquis et aux anges, notre chanteur irlandais finit par remonter seul avec sa guitare sur scène pour nous interpréter « The Answer ». Un beau moment d’émotion, toute en simplicité. Steve nous prouve qu’il n’a pas besoin de superflu, sa voix se suffit à elle-même. On est bercé par cette très jolie ballade qu’on aimerait voir durer plus longtemps encore.

« I love you ! »

La fin du concert finit malheureusement par arriver, le groupe nous remerciant d’être venus nombreux ce soir et Steve espérant avoir un meilleur français lors de leur prochain passage. Le bouquet final est là, « All I Want » peut commencer. « All I want », fait partie de ses chansons de rupture aux paroles bouleversantes. Poignante, elle me procure des frissons à chaque écoute et me bouleverse du début à la fin. Je ne peux vraiment pas expliquer ce que j’ai ressenti durant ces 8 minutes de bonheur auditif.

J’étais tout simplement dans un autre monde, reprenant chaque mot de cette magnifique chanson. L’émotion est palpable dans la salle, même lorsque l’audience se mettra à chanter le refrain plusieurs fois. La chanson s’achève sous un tonnerre d’applaudissements, le groupe est ravi, le public est enchanté par le show.

Kodaline au Divan du MondeLe groupe Kodaline bien que très jeune, reste très talentueux. Ils ont cette fraîcheur et cette fragilité qui nous fait les aimer et nous donne envie d’en voir plus à chaque fois. On les écoute avec un plaisir non dissimulé. Le lyrisme de la voix de Steve Garrigan, les paroles souvent nostalgiques et les instrumentales toujours accrocheuses aident le quatuor à nous offrir un concert vraiment très bon. Ils sont de plus très chaleureux, ne perdant pas leur humilité et ne prenant pas la grosse tête ce qui est très agréable. Malgré un concert un peu court (on aurait aimé en entendre plus) qui s’explique par le fait qu’ils n’ont sorti qu’un album, ils maîtrisent leur musique, ils sont sur scène avec plaisir et nous aussi. On se trouve presque dans un cocon. Je regrette simplement le fait que les quatre membres se retrouvent avec quelques groupies des éléments perturbateurs surtout lorsqu’elles se décident à crier « I love you ! »

Un groupe qui je l’espère repassera bientôt en France et que je conseille à tout le monde de suivre sur scène. Allez les voir, vous ne serez pas déçus.

Kodaline au Divan du Monde

Set-list : After The Fall / Pray / Brand New Day / Lose Your Mind / Love Like This  / Way Back When  / One Day  / High Hopes  / Big Bad World  / All Comes Down
 Encore : Bring It On Home to Me (Sam Cooke cover) / Perfect World  / The Answer  /All I Want

Crédit photo: Clémentine H.

Laisser un commentaire