Christine & The Queens, une chanteuse et des fantômes

Encore aujourd’hui j’ai du mal à décrire Christine & The Queens: groupe comprenant Héloïse et au bout du compte qu’elle seule. Il en va de surprise en surprise. Pourquoi nous mener vers cette fausse piste ? Pour nous détourner de la morne normalité d’un nom de scène avec un simple prénom ou même un nom ? Ou tout juste pour nous transporter dans un univers propre au mystère, à la noirceur et à la fantasmagorie ? Car oui, même si Héloïse ou comme vous voudrez l’appeler communément Christine ne semble pas seule, il existe des fantômes autour d’elle, fantasmés par des danseurs, des instruments, des échos.
Mais en apercevant son clip Nuit 17 à 52, un bijou de comédie et de folie, révélant la belle Christine dans la peau de tous les personnages de cet acte nocturne, on croit voir les esprits, les Queens se matérialiser à travers le corps de leur leader, marqués de délicatesse et de mélancolie.

De nature curieux, troublé par ce nom si étrange et ce clip précédent il me fallait découvrir son dernier extended play du même nom Nuit 17 à 52. Avec surprise et enthousiasme j’ai été capté par sa reprise Photos Souvenirs de William Sheller – Perez Hilton en a même parlé sur son site – mais le coffre à musique recèle d’autres trésors électropop comme Starshipper et le tout nouveau clip Loving Cup.Son univers se clarifie, son désir d’androgynie se révèle dans ce clip intronisé par un jeune homme qui se travesti par simple vœu de jouissance et de liberté. On y voit Christine & The Queens à l’allure de garçonne, imitant presque son idole Michael Jackson. Je vous invite à découvrir son compte Soundcloud pour vous laisser embarquer par ses précédents EPs en écoute gratuite (Misericorde et Mac Abbey) en attendant la sortie future de son premier album. Bonne écoute !

_____

Soundcloud

Twitter

Facebook

_____

Laisser un commentaire