Live Report : Festival Pression Live à l’Olympia

La Femme à l'Olympia
La Femme à l’Olympia

Aujourd’hui j’ai décidé de me vanter. J’ai gagné des places de concert et je pense que tout le monde devrait le savoir. En plus, c’était la première fois. Je voudrais remercier Facebook sans qui rien de tout ça n’aurait été possible.

J’ai donc répondu à une question bien pourrie sur la page Facebook de Pression Live, et quelques jours plus tard, j’ai reçu un mail tout con : « Vous avez été sélectionnée. Ramenez vous le 22 octobre. Vous pouvez amener un guest ». Très exactement.

Maintenant, c’est la frime. D’abord, le concert était à l’Olympia. Ouais gros. Et puis bon, l’essentiel de l’affaire, l’affiche : La Femme + Naive New Beaters + Babyshambles. Je suis jalouse de moi même. J’espère que vous êtes jaloux aussi.

J’ai découvert ensuite que Pression Live, ça avait un rapport avec la bière. En fait. Le festival était donc sponsorisé par Kronenbourg, c’est le rock n’ roll baby. Après trois bières gratuites on était bien prêt à accueillir La Femme. On, c’est une belle bande de hipsters parisiens trop cool ouais ouais, et comme on a pas payé, on était tous hyper motivé. Comme un concert privé juste pour nos beaux yeux. Et puis La Femme arrive, entre nuages de fumée et fête des lumières. Dans ce brouillard lumineux, on distingue une jeune femme habillée façon « Britney bitch », la chanteuse Clémence, et puis ses copains dérangés, dont un travesti et un à homme quasi nu. Ils nous ont enchainé 5 morceaux, jouant en permanence entre garage rock psyché et synthés hypnotiques carrément cold wave qui te font oublier que les années 80 c’était pas bien. En plus ils sont hyper fous et ils bougent façon petits drogués du Marais. On peut donc chanter français, utiliser des synthés et être putain de rock n’ roll.

Après ça, l’entracte : on se souvient plus trop, c’était à base de bières et de clopes je crois. On était un peu distrait, et puis un grand Mickey Mouse est arrivé. Et des palmiers. C’était Naive New Beaters. Complètement frappés. Ils sont arrivés sur scène sur La Onda, petit morceau electro-pop hyper entrainant, tous en leggings zébrés et en chapkas, histoire qu’on comprenne bien qu’on était entre copains. Au milieu des palmiers gonflables donc, le chanteur David Boring, avec son accent americano-rebeu inquiétant, a décidé de nous faire danser comme des petits fous. J’avais un peu décidé avant que j’aimais pas Naive New Beaters, mais ils m’ont retourné le cerveau bien comme il faut, parce que 1) leurs petits refrains summer-pop restent bien dans la tête et rendent heureux, 2) ils sont beaux comme des dieux, 3) ils sont vraiment barrés et tous ces petits parisiens qui dansaient c’était joli comme un feux d’artifice. Voila.

Naive New Beaters a su faire danser son public

Après tout ce petit monde, on était bien chaud, comme quand un before est bien réussi et que tout le monde arrive à une fête sans avoir vomi. Babyshambles c’était la « party » de feu de dieu et on était invité. Ok, on a un peu attendu. Ok, au bout de 30min certains ont un peu sifflé. Mais Doherty moi c’est un peu mon héros d’enfance quoi. On touche pas. Même après 1h d’attente. Il faut comprendre, c’est pas si facile de finir son verre, sa ligne et son paquet de clopes dans les temps. Merde, un peu de respect. Les sifflets se sont intensifiés. Les petits hipsters du public sont devenus des gangstas pas contents du tout. On avait pas payé pour attendre 1h30 quand même. Ah oui, on avait pas payé du tout en fait.

Et puis une dame de Pression Live a lâché « Suite à un incident, les Babyshambles ne pourront pas jouer ce soir. Mais c’est ça le rock n’roll! ». Peter m’a posé un lapin pour la première fois. J’étais triste mais à la fin ils nous ont donné un sac en toile Olympia qui a parfaitement satisfait mon côté bourgeoise bohème. Alors, Peter je t’aime toujours et à jamais vers l’infini et l’au-delà, mais dans le métro je me suis demandé : « est ce que des musiciens travestis et des chanteurs en leggings qui nous font danser comme des animaux c’est pas plus rock n’roll? ».

Laisser un commentaire