The Marshall Mathers LP 2, une nouvelle page dans la légende Eminem

Plus besoin de le présenter, le grand Eminem ou Slim Shady pour les intimes est de retour ! Eminem est au rap ce que Bob Marley est au reggae et les Rolling Stones au rock. Une légende de 41 ans capable de réconcilier les réfractaires et les adeptes de la musique rap. C’est accompagné de son mentor Dr. Dre qu’Eminem est passé en studio de 2011 à 2013 afin de sortir son huitième album studio: The Marshall Mathers LP 2, suite du premier du nom sorti en 2000.

The Marshall Mathers LP 2, aussi stylisé en MMLP2, a été annoncé en mai 2012 par Eminem lui même, autant vous dire que cet album est l’album rap le plus attendu de l’année de 2013. Après avoir enflammé notre stade national en août, Slim Shady nous offre un album déjà culte. MMLP2 est produit par les plus grosses pointures du rap américain: Dr. Dre, son mentor qui a d’autres grands noms à son palmarès comme Snoop Dogg ou 2Pac; Rick Rubin qui a produit Run DMC et les Beastie Boys; DJ Khalil qui a travaillé avec entre autres Cypress Hill et 50cent et No I.D. qui a lui fait connaître Kanye West et Jay-Z.

Conduit par ces quatre singles, MMLP2 s’est déjà imposé comme un grand album avant même sa sortie ! Tout quatre se placent dans le top 10 dans de nombreux pays dès leur sortie. C’est un pari pourtant risqué de la part d’Eminem de sortir une suite de son chef d’oeuvre devenu monument du rap. Nous avions peur de retrouver le Eminem mainstream qu’on nous servait ces dernières années. On est à demi satisfait ! Bien que l’album témoigne une fois de plus d’une technicité irréprochable et de futurs classiques du rap, certains morceaux sonnent toujours trop grand public en s’entourant de Rihanna, Nate Ruess et Skylar Grey pour chanter un refrain sans réel intérêt et sans autre but que de vendre au plus grand monde.

Hormis ces petites erreurs de parcours l’album dispose de grands morceaux. Bad Guy ouvrant l’opus en s’imposant comme une suite de Stan. Les bons morceaux s’enchaînent, on y reconnait le génie du quarantenaire encore adolescent. Un featuring résiste pourtant au mainstream, celui avec Kendrick Lamar, Love Game, une chanson fun, pleine de bonne humeur, les deux voix se mélangent à merveille et nous servent un des meilleurs morceaux de l’album.

Il y a bien évidemment également les chansons déjà bien connues du public, Survival, le titre un peu rock de l’opus, Berzerk, premier single de MMLP2 et Rap God, la performance des 100 mots en 15 secondes. Dans l’ensemble cet album est un bon album, meilleur que ce qu’Eminem nous a habitué ces dernières années et ça fait plaisir de revoir le Slim Shady d’avant qui nous a séduit et manqué.

Laisser un commentaire