Salmon Fishers, le fjord lyonnais

Salmon-Fishers_image-gauche

Salmon Fishers drôle de nom pour un groupe de pop orchestrale me direz-vous. Pour ce jeune groupe français, tout commence en 2008 au Canada dans un bar nommé The Salmon Fishers où Robin (chant), Valérian (guitare) et Grégoire (claviers) compensent leurs premiers morceaux. De retour en France, les trois frenchies sont rejoints par Christophe (basse), Allan (batterie) et Damien (cuivres). Après un premier EP Coconuts sorti en 2011, les Salmon Fishers réitèrent l’expérience avec leur troisième EP : Karuselli sorti le mois dernier. Depuis leur création, les Pécheurs de Saumon ont affiché un style bien précis la pop orchestrale et l’indie tout cela bercé par une ambiance scandinave et nordique. Ambiance amplifiée, par la voix grave de Robin aux allures de Tom Smith (chanteur de Editors) et les cuivres de Damien qui donnent ce côté très froid à leurs compositions. Cet EP très convaincant n’est pas un simple EP, mais un vidéo EP qui plus est. Les garçons ont en effet annoncé que chaque chanson présente dans l’opus aurait le droit à son clip.

Influencés par The National, Arcade Fire, LCD Soundsystem, les français se donnent les moyens de réussir aussi bien que leurs ainés après avoir atteint les demi-finales du tremplin Inrocks Sosh de la région Sud-Est.

Leur troisième EP Karuselli s’ouvre sur 3 Years, prévu pour être le single de l’opus, chose logique. La chanson a tous les atouts pour être un futur hit. Emporté dès les premières secondes par la basse de Christophe et la voix solennelle de Robin, le rythme est présent dès le début et comporte toutes les ressources nécessaires pour convaincre et séduire. La mélodie y est entraînante, avec des allures de marche guerrière dues à la présence de la batterie et des cuivres. White Light, deuxième titre de l’EP, est dans la continuité directe de 3 Years. Malgré leur attirance particulière pour le côté obscur, les Lyonnais savent donner de la chaleur à leurs morceaux, comme le prouve parfaitement Time to Go. Titre nettement plus ensoleillé, où la pop domine la partie orchestrale.

Black Machine, ou l’art de faire renaître le hip-hop old school en 3min24, nous offre un aller sans retour dans les années 90. La voix de Robin se mariant parfaitement au genre où chaque parole est importante. On y retrouve néanmoins leur touche personnelle et mélodieuse qui embarque la chanson dans un univers totalement différent. La dernière chanson de cet EP, Grass, Brass & Plastic est clairement la plus funk de l’opus, ce qui est loin d’être déplaisant, loin de là.

La véritable force de ce sextet est la présence des cuivres dans quasiment toutes leurs chansons. Cuivres ajoutant une touche personnelle et spéciale à une musique qui pourrait se trouver banale sans cet ajout, mais qui devient puissante par ce complément de choix. Leur son intemporel et mélancolique séduit rapidement les amateurs de musique tout comme leur jeu stylistique.  Les Lyonnais sortent des sentiers battus avec cet EP alternant de façon remarquable les styles et où chaque composition est profonde.

Les Salmon Fishers avec leur univers nordique et leur musique pleine de promesses ont tout pour convaincre et réussir à créer le buzz autour d’eux. Les Fjord scandinaves débarquent dans le Rhône, sortez les manteaux.

www.salmonfishers.com

Hebergeur d'image

Salmon Fishers

Karuselli disponible depuis le 16 Septembre.

Laisser un commentaire