Nouveaux coups de coeur musicaux à connaitre absolument ! #5

Chaque mois sera édité un article concernant mes coups de cœur les plus personnels ! Cet article sera dédié aux artistes en pleine évolution ou encore peu médiatisés, et aura pour but de vous faire découvrir de nouveaux obus (et opus) musicaux.

LITERATURE

AnthologyRévélation. Aussi littéraire qu’il se peut, le jeune groupe américain Literature s’est imposé lors du défrichage mensuel d’artistes indie. Je suis tombée hasardeusement sur leur tout dernier album Anthology, tout frais (dans les bacs depuis quelques mois) et je suis restée pantoise devant les guitares électriques qui s’arrachent sous la voix de Nathaniel Cardaci et ses accents frénétiques jangle pop. Tout l’album se veut particulièrement énergique et entrainant… de quoi être un must cet été. Espérons que les américains de Literature sortent rapidement de l’ombre. La sortie du prochain album est prévue dans la foulée. A écouter d’urgence.

                                                                                                                                                                                        BUSTER SHUFFLE

do nothingPlein d’énergie, le dernier album de Buster Shuffle, dans les bacs depuis 2012 s’est fait attendre. Do nothing est la réalisation de 4 ans de carrière. Le groupe londonien lancé en 2008 n’a pas mis longtemps à trouver sa voix (dans tous les sens du terme). S’incarnant dans le genre de la ska/pop, ils mettent le paquet sur ce dernier album. Avec des côtés funk et une vitalité débordante, ces anglais n’ont pas fini de nous faire tourner la tête. Tout simplement, do nothing, just listen and shake your hips. Ils seront de passage au festival du Pont du Rock fin juillet et nous comptons bien vous en reparler !

définit son style comme du Piano Bashing Cockney Ska, sorte de mélange improbable entre du ska, du rock’n’roll, du rockab’ et de la pop à la sauce punk. – See more at: http://www.rudeboytrain.com/?p=6503#sthash.KIJL2dy4.dpuf
définit son style comme du Piano Bashing Cockney Ska, sorte de mélange improbable entre du ska, du rock’n’roll, du rockab’ et de la pop à la sauce punk. – See more at: http://www.rudeboytrain.com/?p=6503#sthash.KIJL2dy4.dpuf
définit son style comme du Piano Bashing Cockney Ska, sorte de mélange improbable entre du ska, du rock’n’roll, du rockab’ et de la pop à la sauce punk. – See more at: http://www.rudeboytrain.com/?p=6503#sthash.KIJL2dy4.dpuf
définit son style comme du Piano Bashing Cockney Ska, sorte de mélange improbable entre du ska, du rock’n’roll, du rockab’ et de la pop à la sauce punk. – See more at: http://www.rudeboytrain.com/?p=6503#sthash.KIJL2dy4.dpuf

                                                                                                                                                                                                                         THE NEIGHBOURHOOD

i love youUne couverture simple, un titre banal I love you (22 avril 2013), une maison à l’envers en guise de logo. On pourrait se dire « ok, rien de spécial » mais stop, on vous arrête tout de suite ! Autant ne pas se fier aux apparences: à travers leur couverture lisse et propre se dévoile l’identité forte d’un groupe qui laisse entrevoir une atmosphère sombre, mélancolique dans une écriture toutefois épurée (How) rend cet album tout à fait attrayant. Avec Sweather Weather le chanteur (homonyme de Bruno Mars ?) nous raconte une histoire d’amour avec une fin tragique et des cœurs brisés. L’amour, c’est le thème principal de leur nouvel album. Et puis même si c’est un sujet récurrent abordé dans les chansons, ça marche. La preuve.

                                                                                                                                                                                                TOM ODELL

tom odell long way downAnother Love ça vous dit quelque chose ? Non ? Allez, vous êtes sûrs ? Bon, on va vous rafraichir les méninges. Son titre phare qui lui a vallu plus de 5 millions de vues sur le site YouTube a largement participé à son succès. C’est pour ça qu’il ne faut pas s’arrêter à une simple écoute, on vous incite même à écouter le reste de son album Long way down (qui se vaut largement !) réalisé cette année. Sortez des chemins battus et partez à la découverte d’un talent unique déjà 3 fois récompensé cette année. Un bel anglais de 22 ans, blond aux yeux bleus qui chante comme un dieu, sans paillettes, ni bling bling, tout en simplicité. Gageons que vous allez aimer. Mention spéciale pour la chanson I can’t pretend.

                                                                                                                                                                                        BOULEVARD DES AIRS

BoulevardDesAirsVoilà, le tout dernier album de Boulevard des airs intitulé Les apparences trompeuses est sorti. Pourtant à mon plus grand étonnement il n’a pas fait tellement réagir dans le monde des médias. C’est dommage parce qu’il marque le retour d’un groupe qui s’est imposé depuis quelques années comme les plus importants de la chanson française. Eux ils disent s’incarner dans le rock’n reggae mais peu importe le genre, ils restent conviviaux et c’est ce qui se ressent dans ce dernier opus. En prime, un featuring avec Tryo dans leur titre Ici où ils semblent dénoncer le système français et les actualités avec Depardieu (s’il n’y avait que lui !) à coup de « Ö France, je ne t’aime plus, je te quitte ».

                                                                                                                                                                                            ELEPHANT

Elephant-Collective-mon-amourQuoi ? Encore un duo ? Oui on dirait que ça devient à la mode: après Granville, Lilly Wood & The Prick, Elephant arrive lui aussi à se démarquer des autres grâce à leur tout nouvel album appelé Collective mon amour. Beau contraste de s’appeler Éléphant, mais quel réjouissance de voir que leur son est beaucoup plus doux et élégant qu’un gros pachyderme. Dans cet obus musical français nous retrouvons des ambiances acoustiques très agréables, une voix féminine lisse superposée avec une voix masculine et un fond musical sans faux pli aux alentours. Énorme coup de cœur pour la chanson Rien.

                                                                                                                                                                                                        BEACH HOUSE

beach-house-bloomBon il est vrai que cette sélection est orientée très pop ce mois ci mais quoi de mieux que se brancher sur la playlist de Beach House cet été ? Bloom leur album sorti en 2012 est synonyme de pop-dream, planante, douce, agréable, celle qui vous endort comme un puissant somnifère ou celle à écouter absolument sur sa serviette de plage. Volatile, le titre New Year n’a rien a envier à ses autres copains Other People ou Lazuli. Un style donc très androgyne comme pour leurs derniers succès, toutefois démarqué par un son plus intimiste… A connaitre absolument en cette période estivale, vous vous sentirez légers comme jamais.

                                                                                                                                                                                           

          THE RAVEONETTES
the-raveonettes-observator

Observator est un album a écouter selon nos humeurs changeantes, qu’elles soient mélancoliques, sombres ou tout simplement en solitaire. Car depuis leurs derniers opus avec des chansons comme Dead sound qui donne même la bougeotte aux papis, l’ambiance de ce dernier revient aux sources. Le duo danois a tout pour plaire, un son indie, voire un univers proche du shoegazing, agrémenté par des saturations de guitare et presque les mêmes riffs de guitare répétés le long de l’album. Attention cependant à ne pas se lasser vite si vous comptez écouter toute leur discographie, ça tourne souvent en rond… mais nous en tant que fan on aime quand même.

                                                                                                                                                                                               WHO MAKES ANITA SHAKE!

cinecittaOn est un probablement un peu à la bourre pour vous annoncer la sortie du dernier fabuleux et modeste EP Cinecittà des parisiens WMAS! dans les bacs depuis octobre 2012 mais on revient peut être cette fois en avance vous annoncer qu’il aura un grand frère. Un nouvel EP est prévu pour cet automne. Du coup on est pardonné non ? Brièvement, leur dernier EP met en jeu un penchant prononcé pour la pop expérimentale, pas celle qui vous fait bouger à en transpirer dans les salles de concert, mais plutôt celle qui vous mettra en transe, doucement, hypnotique. Après l’écoute de l’EP on en ressort sonné.

                                                                                                                                                                                                THE SHINS

PrintDès la sortie de leur album Port of morrow en 2012, les médias s’en sont saisis comme s’il s’agissait d’une perle. Telerama, les Inrocks (encore une fois), Pitchfork se sont précipités sur l’album afin d’en dresser un portrait, qui en fin de compte à cause de la précipitation se voulait cliché. Arrêtons d’y voir des influences pop sans cesse empruntées des Smiths ou des Kinks. J’y vois un album beaucoup plus complexe, entre la folk/blues de la chanson Port of morrow et la pop étincelante et smart de Simple song, il y a un pas. Et cette dernière n’est pas le résumé de l’album, au contraire, il se doit d’être vu d’une manière différente en vue de leur importante discographie. Ici l’album est unique, ne ressemblant certes pas à la lignée d’albums précédents mais il y a eu du changement, de la recherche et c’est franchement tout ce que l’on demandait.

Laisser un commentaire