Duellum, la pop sous les cocotiers

Vous avez dit Duellum ? Le nom du 35e poème figurant dans le recueil des Fleurs du Mal du feu poète Baudelaire ? Dans le mille.

Duellum, c’est un gros coup de cœur qui nous vient tout droit de notre cher pays, la France. De la capitale plus exactement. Alors quel rapport avec Baudelaire ? Sans doute parce qu’ils ressuscitent le poète par leur musique. Parce que la musique c’est aussi de la poésie. Le groupe, aussi francophone qui soit, nous exporte énergiquement à l’étranger, et produit une musique aux sonorités exotiques et tropicales. Qui vous réchaufferont les oreilles en cette période de grand froid. Difficile de croire qu’on vient de quitter l’hiver, pourtant les Duellum vous amèneront l’été avant l’heure.

A l’occasion de la sortie de leur dernier EP Drift le 25 février, nous faisons le point sur ce qui pourrait bientôt être le nouveau phénomène du rock-électro français.

Une annonce sur le mur de la cafétéria de Sciences Po et le groupe est lancé. En 2007, Arthur (guitariste) et Jon (guitariste) se rencontrent. Ils répètent en commun. Jon recontacte un ami, Fred (bassiste), puis Hugo (claviériste) viendront se greffer au groupe en 2008. Puis arrive leur année Erasmus, qui leur permettra de découvrir le milieu culturel et l’ambiance « rock » du cœur de Londres. Leur projet s’y développe. A leur retour, remplit de nouvelles perspectives musicales, le groupe se lance. Avoir chanté en français ? Ils y ont songé. A l’époque où le rock se renouvelait avec les Strokes, les Libertines et les Kooks, les Duellum ont emprunté un tout autre chemin. Une décision qui leur a plutôt servi puisque leur son ne ressemble à aucun autre.

En fin d’année 2011, le groupe sort son premier EP intitulé For Some Reasons I Want to Talk. EP qui accentue déjà leur tendance DIY (Do It Yourself) et leur aspiration à la musique indépendante. Précurseurs d’une musique française étonnamment moderne et incroyablement empreinte de rock britannique, l’EP des Duellum a reçu de très bonnes critiques par une poignée de webzines francophones et anglophones.

duellum
De gauche à droite: Fred, Arthur, Jon et Hugo.

Difficile de définir leur courant musical. Du rock, du rock et du rock, encore. Ça c’est évident. Notamment influencé par les britanniques Foals et Pinback. On ne peut pas le négliger, on retrouve un côté graphique et linéaire assez plaisant. Tout ça rend un mélange assez inouï entre le math-rock presque kaléidoscopique et la pop des Phoenix, que l’on peut citer parmi leurs inspirations. Leur musique fait preuve d’un esthétisme musical assez charmant et novateur dans le paysage du rock et de l’électro français. Duellum, c’est un groupe qui a toutes les chances de grimper en haut de l’échelle. Gageons qu’ils y parviennent.

Autres groupes de référence, les très bons artistes représentatifs de l’indie rock comme les Maccabees, Bombay Bicycle Club, Good Shoes, Editors; en passant par la pop des Two Door Cinema Club, empreinte à certains morceaux de leur dernier EP. Sans oublier, ce qu’ils appellent la « french touch » avec Justice, Daft Punk, entre autres.

Adeptes des fruits, et surtout des ananas (présents sur la plupart de leurs photos, si vous regardez), leur musique fait elle aussi une cure de vitamine C. La preuve, elle se révèle d’une énergie folle.

Si vous aimez les ananas (oui, parce que c’est bon pour la santé, ils vous donneront la pêche… et l’ananas) ainsi que les noix de coco (pourquoi pas ?), ce groupe vous est vivement conseillé.

Duellum
© Crédit photo : Sasha Marro

Pour écouter plus de titres BandCamp & Spotify
Facebook
Twitter

Laisser un commentaire